Océans

 

Une nuit sombre 
me pousse dans mes rêves,
fait couler l’encre sur mes yeux,
caresse ton regard
croisent nos jambes
et apaise les flots.
Aie souci d'être qui tu es,
pour le marin la mer obscure est une route claire.

 

JLVD.

Tout fut débâcle et dispersion

avant que le rythme ne s'arrache l'espace.  

Le lieu pris possession de sa chair, de son souffle et sous sa peau tatoua sa mémoire.

Qu'avons-nous dû endurer afin de ressusciter !

 

JLVD.

Poignée de mots
S'approchant au crépuscule
D'une lame fuyante, 
Recouverte d'écume.
Ivresse.

 

JLVD

*