Les Prophètes   Part 2

Once upon a time in the desert..........  Wadi el Gemal Park 

Apprendre à rapprocher le diamant intérieur

Et celui du dehors.

La vie et la mort ne sont pas vaines,

Et le monde est comme un vol d'oiseaux migrateurs.

Une onde qui ne contient pas d'eau
Et dont le flux augmente avec la nuit
Un reflux lui répond, en lequel on ne peut
Ni se plonger, ni se noyer.
Si elle veille, c'est dans le même état
Que l'amoureux allié de la passion,
Assassiné par le désir, boutant le feu
Aux collines, aux plaines....

Le Laghaz

Je veux d’avantage de vie pour te raconter,  d’avantage d’exil.
Si mon coeur était léger,  je l’aurais lâché sur chaque abeille.

Je veux d ‘avantage de coeur pour pouvoir arriver à la cheville
d’un palmier.
Si ma vie m’appartenait,  je t’aurais attendu derrière la vitre de 
l’absence.

Je veux d’avantage de chansons pour porter mille et une portes,
Les dresser comme une tente en plein pays,  et habiter une phrase.

Je veux d’avantage de dames pour connaître le dernier baiser
Et la première belle mort sur un poignard trempé dans le vin
des nuages.

Je veux d’avantage de vie pour que mon coeur reconnaisse 
les siens.
Et que je puisse revenir à ….. une heure de sable. 

M. Darwich

Last time i tried  .........................    Red  Sea

Le voyage de Khonsou .................. Thèbes

Si l'homme est poussière

Ceux-là qui vont par la plaine

Sont hommes.

 

O. Paz

Je parcourrai cette longue route,  jusqu'au bout du coeur,  je parcourrai cette longue route.
Je n'ai plus rien à perdre que la poussière.
La blessure a-t-elle besoin de son poète pour dessiner une grenade à l'absence ?
Que nous soyons à l'étroit sur cette terre ou non, nous parcourrons ce long chemin jusqu'au bout de l'arc.
Que nos pas vibrent comme flèches.
Etions-nous ici depuis peu,  et sous peu atteindrons-nous la flèche du commencement ?
Les vents se sont retournés contre nous.
Je parcourrai cette longue route jusqu'au bout,  jusqu'au bout de moi-même.....
Sur le chemin,  il y a encore du chemin, il y a de quoi voyager.
Nous mettons une multitude de roses dans le fleuve afin de le traverser.
Nulle veuve n'aimerait revenir à nous.
Allons là-bas.... Là-bas, il y a le nord de hennissement.
Je suis d'ici et je suis de là-bas,  et ne suis ni ici ni là-bas.

M.Darwich

Et je vis à l'est du fleuve les trois montagnes se dresser vers le ciel,
les trois éternels gardiens de Thèbes.  A l'est s'étendait sans fin jusqu'aux collines la Ville des défunts, et les temples mortuaires des pharaons étincelaient de blancheur contre les montagnes jaunes, et les portiques du temple de la grande reine supportaient la mer des arbres en fleurs. Derrière les montagnes apparaissait la vallée interdite avec ses serpents et ses scorpions,  et c'est dans ce sable,  près de la tombe d'un grand pharaon, que reposait mon père Senmout et ma mère Kipa,  emballés dans une peau de boeuf pour vivre éternellement.

M.Waltari

                                                                           Ein    S o p h .

 

Far from Heaven

Ce que j'ai pu constater,  lorsque j'ai commencé à voyager,

c'est que partout dans le monde,  les hommes ont cherché à 

comprendre le comment de leur présence sur terre en élaborant des récits,  et bizarrement, tous se ressemblaient plus ou moins.

Au départ rien,  ou plutôt pas grand chose,  un magma. 

Puis quelque chose qui sépare,  qui distingue.

Le ciel et la terre. 

L'eau et l'air.

Le jour et la nuit.

Le végétal et l'animal.

L'homme et la femme.

Séparer.

Opposer.

La vie naît  des  contraires.

Comme jaillit le feu lorsque l'on frotte du bois sur la pierre en prenant soin de dispenser la paille correctement.

Et puis nommer les choses.  Les mots.  La parole.

On finit toujours par en arriver là  ;  l'homme nomme,  la chose existe.

 

S.Janicot "  La mémoire du monde "

 

A cette époque, je fuis mes origines.
Je fuis ma perte et ce qui m'a fait humain.
Je sais ou je vais, je sais pourquoi,
Je ne connais pas encore l'errance,
Je ne distingue pas la fortune de la nécessité.
Vouer mon existence au hasard viendra plus tard.
Je ne réalise pas la portée de la mission qui m'est échue.
Pourtant je détiens, contre moi, dans une petite outre en peau de chèvre informe, l'immortalité d'un homme.
Mais lequel ? 

S.Janicot

Et c'est à cet instant précis,
Que je me suis retrouvé
Tel que je me pense. 

 

JLVD.

On ne se perd pas,

On l'imagine.

 

JLVD.

Echoes in Eternity.

 

JLVD.

L'univers est dans tes mains ..................

 

JLVD

Une Vague sans fin,

Tremblante devant les eaux du Styx.

J'ai tiré le voile sur le cap des inconnus,

Soulagé par l'espace incertain qui s'offre à nous.

*